Mes émotions à cinq mois de grossesse

5 mois de grossesse émotionsJe reviens pour vous parler de ma grossesse.

A quelques jours près je suis à 5 mois de grossesse. La moitié est passée et avec elle sont venues des moments d’émotion et d’interrogation.

Et oui, quand j’ai appris l’heureuse nouvelle en juin dernier, le bonheur nous a envahi futur papa et moi. Cependant, il est difficile de se rendre compte qu’un petit être grandi réellement en nous. Pourtant les nausées ne m’ont pas quittées pendant trois mois et demi comme je vous en avais parlé dans mon article « Mon début de grossesse a raison de ma féminité » ! J »avais beau me dire qu’en mars un petit bout serait avec nous ça me paraissait tellement loin, comme dans un rêve.

Depuis la fin des nausées je revis : regain d’énergie et joli bidon tout rond. Ça y est je peut profiter de ma grossesse et elle se voit. L’amoureux est subjugué par mon ventre qui s’arrondit et depuis quelques semaines il sent bébé bouger : que d’émotions et de tendresse. Nous avons appris que tous ces petits coups me sont donnés par un petit garçon. Le prénom est choisi et nous lui parlons, l’appelons. Toute cette aventure a pris depuis une autre dimension. Je me sens enceinte, tout cela me parait plus réel. J’ai hâte de le tenir dans mes bras mais j’ai surtout hâte de le voir dans les bras de son papa. J’imagine la rencontre de mes deux hommes et cela me rempli d’amour. Ok ça peut paraître mielleux ce que je vous raconte mais c’est pourtant la réalité de ce que je ressens, peut être les hormones de grossesse. En même temps j’ai la chance d’avoir un compagnon très démonstratif et qui sait me dire à quel point tout ça est merveilleux pour lui aussi.

Du coup, j’ai peur. Oui j’ai peur qu’on redescende de notre petit nuage. Ça y est plus de la moitié de la grossesse est passée et même si cela m’a paru long, c’est vraiment court. Le terme approche. Quatre mois c’est long, mais quatre mois c’est tellement court. Peut être que ce sera ma seule grossesse, on ne sait pas ce que l’avenir nous réserve. Je suis nostalgique de mon bidon avant même d’avoir accouché. Vous savez, ce rêve de petite fille, quand on imagine sa grossesse. Et paf, ce serait déjà fini ? Peur de revenir à la réalité quand bébé sera là. Malgré tout l’amour qui l’accompagnera, les pleurs, la fatigue et le stress des premières semaines auront peut être raison de la magie. Peur également que mon conjoint soit moins tourné vers moi, de ne plus être le centre de son monde, peur de partager mon bébé. Des sentiments égoïstes qui me font un peu culpabiliser. Mais après tout, là tout de suite petit bébé est bien au chaud dans mon ventre et même si papa sent ses petits coups, c’est moi qui communique avec lui toute la journée. Et puis il faut bien le dire, quand on est enceinte tout notre entourage s’intéresse à nous, on devient LA femme enceinte du groupe. Les questions, les « ça va ? ». Après ce sera bibou au centre de toutes les attentions, ce sera « comment il va ? ». Normal me direz-vous. Oui je sais. Mais on prend gout au chouchoutage ! Et puis mon petit gars, je n’ai pas envie de le partager, avec papa oui, avec les autres non. Enfin, peur de ne plus être deux, peur que notre amour change, peur de ne plus avoir le temps d’en prendre soin.

Voilà ce que je ressens. Heureusement j’ai encore quatre mois pour en profiter (sauf s’il décide de se montrer avant).

La grossesse, une petite parenthèse dans UNE vie mais qui chamboule la NOTRE.

Juste nous trois et notre amour : une famille !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *